Du grain ...

La culture des céréales est une étape essentielle dans la marche de l’humanité. C’est lors de la « révolution néolithique » que s’accomplit un triple processus : le chasseur devient éleveur, le cueilleur devient cultivateur et le migrant connaît la sédentarisation et donc l’attachement à un pays dont il va peu à peu modeler le paysage. On l’appellera le paysan.

dscn3838.jpg

Bien que l’on ait toujours cultivé plusieurs espèces de céréales, c’est le seigle qui a tenu une place de choix dans les zones montagneuses. Le seigle apparaît plus tard que le blé, grâce au réchauffement climatique, qui permet de le cultiver dans des régions d'agriculture difficile. Au Moyen Âge, on l’a énormément répandu en Europe. Dans les vallées de montagne, on cultivait le seigle jusqu’à 1 400 m d’altitude, parfois même, à des altitudes encore plus élevées. Le seigle présente surtout l’avantage de mieux résister au gel.

dscn3355.jpg

Le van et le van mécanique ou tarare

Le grain était vendu dans des bichets. Le bichet est à la fois une mesure de surface agraire et donc une mesure de quantité pour le grain. Les deux mesures sont liées : une surface déterminée permet d’espérer une quantité déterminée de grains. Les mesures étant locales, les bichets utilisés dans les basses vallées étaient nécessairement plus grands que ceux utilisés en altitude : la même surface donnera un meilleur rendement en plaine qu’en montagne.

A Moutiers, le grain était vendu dans la halle grenette.

Les moulins permettant d’obtenir la farine étaient, en Savoie, des moulins hydrauliques. L’eau actionne la roue à aubes qui, elle-même, va faire tourner la meule « tournante », une pierre qui se déplace sur une autre qui est fixe – « la gisante ». Le grain broyé entre les deux pierres est la base de la farine.

Le Musée des Traditions Populaires possède un petit moulin à farine. Il peut être actionné soit par la force hydraulique, soit par un moteur. Grâce à une vis sans fin, il est relié au blutoir. Il provient de la commune de Saint Jean de Belleville.

La farine est faite, il ne reste plus qu'à préparer le pain.