Le miel

L’agriculteur éleveur de montagne, qui avait de nombreux animaux dans sa ferme (bovins, caprins, ovins, porcs, mulet, basse-cour …), a complété son Arche de Noé en devenant assez souvent apiculteur. On sait que le miel des montagnes était déjà une monnaie d'échange dans l'Antiquité, bien que les techniques rationnelles d'élevage ne remontent qu'au début du 19ème siècle.

Essaim 2 - Musée TP Moûtiers

On s'est contenté, pendant des siècles, de recueillir les essaims naturels dans des abris formés d'un tronc d'arbre ou dans des ruches en tresses de paille assemblées par des tiges de ronce refendues.
Le miel était récolté en automne. Après avoir soulevé ses ruches, le propriétaire, dans un creux pratiqué dans le sol, allumait des copeaux ou une mèche sou-frée, asphyxiait ses abeilles, coupait les « gâteaux » de miel, les broyait et les enfermait dans une toile claire pour recueillir le miel qui coulait lentement.
Une statistique de 1866 constate l'existence de plus de 60 000 ruches dans les Pays de Savoie. Certains miels avaient déjà acquis une solide réputation, en particulier ceux qui provenaient des communes de montagne.
A l'époque de cette statistique, c’est une race locale, l'abeille noire de Savoie, qui était la plus commune.
Avec l'avènement de la ruche à cadre, dont le mérite reviendrait à un Genevois, et la recherche d’une meilleure productivité, l'abeille noire de Savoie a été progressivement remplacée par des races plus productives mais aussi plus fragiles.

Ruche tronc - Musée TP Moûtiers

La ruche tronc

Ruche paille - Musée TP Moûtiers

La ruche en paille

 

Ruche sur cadre - Musée TP Moûtiers

La ruche à cadre

L'abeille noire de Savoie

Abeille noire de Savoie b - Musée TP Moûtiers

La ruche est l’usine à miel.
L’abeille récolte du nectar qu’elle transporte à la ruche grâce aux petites corbeilles qui garnissent ses pattes arrières. Ce nectar est transformé en miel et déposé dans les alvéoles en cire.
Une seule abeille, la reine, pond les œufs qui donneront naissance aux ouvrières, aux mâles ou faux-bourdons, et à la future reine.
Cette reine des abeilles est nourrie avec la gelée royale.

Le site du Rucher des Allobroges, syndicat des apiculteurs de la Savoie, fondé en 1893.

dscn2899.jpg

 

La salle suivante, fort intéressante du point de vue architecturale avec sa cheminée monumentale, est consacrée à l'art religieux.