Sabots et galoches

dscn3818.jpg

Se chausser autrefois : le Musée des Traditions Populaires offre un voyage entre sabots et galoches riche de nombreux outils et objets.

Les gestes du sabotier
Le sabotier peut travailler divers bois : le bouleau, le hêtre (appelé en Savoie : fayard) ou bien encore le pin. D'abord à l'aide d'une hache, il faut dégrossir le bloc de bois. Puis avec une herminette, il faut esquisser les courbes du sabot.

Hache sabotier - Musée TP Moûtiers Hache

dscn2223-b.jpgHerminette

Le travail va ensuite se faire sur le billot (établi du sabotier). Sur celui-ci on fixe de longs couteaux : les paroirs servant à découper précisément l'extérieur du sabot.
Des paroirs spéciaux sont utilisés pour certaines des parties : par exemple la talonnière.

Le billot - Musée TP MoûtiersLe billot du sabotier

dscn2224.jpgLes paroirs

Tarières, gouges - Musée TP MoûteirsTarières, cuillers, gouges et boutoirs

Enfin il faut creuser l'intérieur du sabot. Ce travail se fait grâce aux tarières, cuillers et gouges. Les finitions se font à l'aide des boutoirs, afin que l'intérieur du sabot soit bien lisse et ne blesse pas le pied.

Il fallait six ans pour faire un bon compagnon sabotier et bien d'avantage pour faire un maître ouvrier. Le bon compagnon réalisait quatre à cinq paires par jour, sans l'aide d'aucune machine.

La galoche

dscn2270.jpg

dscn4727.jpg

L'atelier du cordonnier


dscn4743.jpg

Le musée présente ensuite l'univers de l'enfance.